La ventilation

Dans une habitation, la ventilation occupe plusieurs fonctions : remplacer l’air intérieur «vicié» par de l’air « neuf », satisfaire les besoins en oxygène des occupants, évacuer la vapeur d’eau accumulée dans l’air, limiter la pollution intérieure et améliorer le confort en éliminant les odeurs, fumées et autres polluants.

Pourquoi installer une ventilation ?

Dans un milieu clos, les pollutions intérieures et extérieures s’accumulent et interagissent entre elles, créant ainsi d’autres polluants tels certains composés organiques volatils (COV) ou de très fines particules. L’air que nous respirons peut ainsi avoir des effets négatifs sur le confort et la santé des habitants, de la simple gêne au développement de pathologies comme les allergies respiratoires. De plus, la ventilation générale et permanente est une obligation légale depuis 1969 pour tous les logements. Cette obligation est reprise dans l’arrêté du 24 mars 1982 et dans le règlement sanitaire départemental.

Les différents systèmes de ventilation dans l’habitat

Pour assainir l’air intérieur de l’habitation, il convient donc de choisir un système de ventilation performant et adapté à son logement.

La ventilation naturelle

La ventilation naturelle d’un logement ne nécessite pas l’utilisation de ventilateur. Son principe de fonctionnement est basé sur le tirage thermique. On place des orifices d’aération en partie basse et haute. L’air chaud étant plus léger que l’air froid, il se créé un mouvement d’air. L’air chaud vicié est évacué par les grilles en partie haute alors que l’air neuf rentre dans le logement par les grilles en partie basse. Ces systèmes ne sont plus utilisés de nos jours car le flux d’air n’est pas contrôlé et varie grandement selon les conditions climatiques.

La ventilation mécanique répartie V.M.R.

La ventilation mécanique répartie est composée d’entrée d’air dans les pièces de vie (salon, chambres) et de plusieurs extracteurs d’air dans les pièces humides (cuisine, salle de bain, WC). Ces systèmes sont moins utilisés de nos jours car ils nécessitent l’utilisation de plusieurs extracteurs d’air. Ils sont donc plus consommateurs d’électricité qu’une ventilation mécanique contrôlée. Bien souvent, on les réserve à la rénovation lorsque l’installation d’un système plus performant n’est pas possible.

La ventilation mécanique contrôlée (VMC) simple flux

La ventilation mécanique contrôlée simple flux est constituée d’entrée d’air dans les pièces de vie (salon, chambres) et de bouche d’extraction dans les pièces humides (cuisine salle de bain, WC). L’extraction d’air est effectuée par un seul extracteur. Il existe plusieurs types de VMC simple flux :

  • la VMC simple flux auto-réglable : ce système délivre un flux d’air constant et ne tient pas compte du nombre d’occupant ou des conditions climatiques et atmosphériques.
  • la VMC simple flux hygroréglable : le flux d’air n’est pas constant : il est optimisé en fonction de l’humidité intérieure. Ce système minimise la quantité d’air neuf à renouveler, tout en assurant une bonne qualité de l’air intérieur.

 

(Illustration : Guide ADEME, Un air sain chez soi)

La VMC double flux

Un système de ventilation double flux avec échangeur permet le renouvellement d’air à haut débit permanent, une répartition homogène de l’air entrant chaud ou froid, une récupération de la chaleur sur l’air sortant, une filtration de l’air entrant.

Il est particulièrement adapté aux logements à occupation forte ou stable dans le temps, et/ou dans les zones polluées ou bruyantes. Dans ce système, l’extraction mais aussi l’entrée d’air est mécanisée. L’air est filtré et les débits contrôlés.

(Illustration : Guide ADEME, Un air sain chez soi)

Pour plus d’informations, téléchargez la fiche « VMC double flux »

Quelques conseils pour faire votre choix de ventilation

Quand vous réalisez des travaux d’isolation et de remplacement de menuiseries de votre logement, la réglementation thermique « bâtiment existant » vous impose de conserver les grilles d’aération existantes, sauf si vous faites installer un autre système de ventilation.

Type de ventilation Avantages Inconvénients
VMC simple flux auto-réglable
  • débit d’air entrant constant avec des entrées d’air acoustiques,
  • diminution des nuisances sonores extérieures
  •  ne prend pas en compte l’humidité intérieure
VMC simple flux hygro-réglable
  • débit d’air entrant variable en fonction de l’humidité, donc de l’occupation et des activités,
  • économies d’énergie par rapport à la précédente VMC simple flux autoréglable avec entrées d’air acoustiques,
  • diminution des nuisances sonores extérieures
  • système plus coûteux à l’achat qu’une VMC simple flux auto-réglable,
  • conçue pour réagir à l’humidité, pas d’efficacité supplémentaire pour les polluants chimiques.
VMC double flux
  • économies d’énergie par récupération de calories,
  • filtration de l’air entrant,
  • sensation de courant d’air froid supprimée,
  • isolation acoustique du dehors,
  • préchauffage ou rafraîchissement de l’air entrant.
  • système le plus coûteux à l’achat,
  • bruit des bouches d’insufflation en particulier dans les chambres en cas de mauvaise conception.

Recommandations pour l’entretien d’un système de ventilation

Quel que soit le système de ventilation choisi, veillez à ne pas obstruer les entrées d’air et à entretenir régulièrement votre installation. La qualité de l’air que vous respirez en dépend ! Le nettoyage des bouches d’entrée d’air et d’extraction pour les ventilations simple flux – ou des filtres dans le cas d’une ventilation double flux – est requis deux fois par an. Pour cela il est nécessaire de prévoir un accès facile aux bouches d’entrée d’air et aux filtres.

Pour faciliter la circulation de l’air, le cheminement des réseaux de ventilation doit être le plus simple et le plus rectiligne possible afin de limiter les zones de condensation en cas d’arrêt du système de ventilation, la consommation d’énergie du ou des ventilateur(s) et le bruit dans les gaines. Pour optimiser un système de ventilation, l’air entrant peut être préchauffé par un système de captage passif de la chaleur (puits climatiques, serres solaires, véranda et mur trombe) ou des capteurs à air. On peut, de la même manière, rafraîchir l’air entrant par le biais d’un puits climatique.

Contacter un Espace Info Energie pour obtenir des informations complémentaires sur les systèmes de ventilation auprès d’un conseiller.

>> Pour aller plus loin : Ressources
Le guide ADEME « Un air sain chez soi »
Fiche « VMC double flux »