Imprimer

Répartition inégale de la ressource & des consommations

A l’exception du charbon, les principales ressources énergétiques sont concentrées sur quelques pays :

  • Hydrocarbures : moyen-orient, au vénezuela, en russie, lybie, niger
  • Uranium : Canada, Kazakhstan, Australie, Afrique du sud, Niger, Russie, Etas-unis

« Sur les 25 premiers pays détenteurs de réserves prouvées de pétrole et de gaz, 21 sont en développement ou en transition »
 [1]

Ces ressources mondiales sont exploitées par quelques majors : Shell, BP, Total, Exxon, Chevron, Areva (Uranium)...

Et consommées en grande partie par quelques pays : Etats-Unis, Canada, Australie, Europe, Arabie saoudite...

Chaque habitant de la planète utilise l’équivalent en énergie de 1,6 tonnes de pétrole ; les Européens sont plutôt aux alentours de 4 tonnes et les Américains à 8 tonnes. Il y a un facteur 20 entre la consommation d’énergie d’un Africain et celle d’un Américain !

20 % de la population mondiale consomme 80 % des ressources

Crises géopolitiques & Energie

Ces inégalités en terme de consommation et d’accès à la ressource sont génératrices de nombreux conflits : guerre en irak, conflit entre la russie et l’ukraine, la biélorussie, la géorgie, nombreux cas de populations déplacées, spoliées, dans les pays pétroliers du Sud (Nigéria, Birmanie, etc). On parle même de malédiction de l’or noir pour certains pays exportateurs qui s’enfoncent dans la misère malgré leurs énormes richesses.

Ces conflits liés aux ressources sont par ailleurs financés par les contribuables du Nord à travers les agences internationales comme la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International, ainsi que les Agences de Crédit à l’Export comme la COFACE en France. Ces organismes garantissent en effet les investissements de nos entreprises énergétiques, en dépit de leur non respect répété des conventions internationales des droits de l’homme.
 [2]

La précarité énergétique

En France : l’accès à l’énergie est un droit, et passe surtout par des aides aux impayés d’énergie. En France aussi, la question de l’accès pour tous à l’énergie a été posée. Le droit au maintien pour toute personne, des services publics de base (eau, énergie, téléphone) a été prévu par la loi du 1er décembre 1988 et a fait l’objet de modifications dix ans plus tard dans la loi du 29 juillet 1998. Il repose sur l’idée que l’accès aux services publics de base constitue une condition nécessaire pour éviter une dégradation irréversible de la situation des personnes rencontrant des difficultés sociales extrêmes.

300.000 familles sollicitent, chaque année, une aide sociale pour le règlement de leur facture d’énergie. Plus de 46 millions d’Euros leurs sont ainsi versés en secours. Des estimations plus larges montent à plus de 100 millions d’Euros par an. [3]

Notes

[1Source : CNUCED, Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement

[2L’association "Les amis de la terre" mène une campagne d’information sur le sujet http://www.amisdelaterre.org

[3Source : Fondation Abbé Pierre