Consentement d'utilisation des Cookies

Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. J'accepte

L'éclairage

Avec l’isolation du bâti et le chauffage, l’éclairage est l’un des points de vigilance pointés par la RT 2012 pour améliorer la performance énergétique de nos habitations. Pour optimiser l’éclairage naturel dans la maison, elle impose une surface de baies au moins égale à 1/6 de la surface habitable. Suivez le guide pour faire le bon choix en matière de lampes pour l’éclairage artificiel.

Éclairage et luminosité, un couple indissociable


L’éclairage est l’ensemble des moyens qui permettent à l’homme de doter son environnement des conditions de luminosité nécessaires à son activité ou son agrément.

Le soleil est la première source d’éclairage naturel. Bien que l’homme ait appris à exploiter cette source lumineuse naturelle, l’éclairage artificiel n’en reste pas moins indispensable à nos modes de vie modernes.
 

Les différents moyens d’éclairage artificiel dans la maison


Ne transformant que 5 % de l’électricité consommée en lumière, la lampe d’Edison plus connue sous le nom d’ampoule à incandescence a été retirée du marché à cause de son inefficacité énergétique.

Elle peut aujourd’hui être remplacée par 3 grandes catégories d’ampoules : les lampes halogènes dites "éco", "les lampes fluocompactes" et "les lampes à LED".

  • Les lampes halogènes-éco

    Elles ressemblent beaucoup aux historiques lampes à incandescence. Elles ont la même forme, s’allument instantanément, produisent une lumière chaude. Néanmoins, ces ampoules consomment beaucoup plus que les lampes LED et les fluocompactes et leur durée de vie est très inférieur (2000 h). Ces ampoules sont amenées à disparaître : elles ne seront plus fabriquées ni vendues sur le marché européen a partir de septembre 2018.

  • Les lampes fluocompactes

    Les ampoules fluocompactes proposent un bon rendement en terme d’efficacité énergétique et de qualité d’éclairage. Ces ampoules s’allument progressivement et supportent mal les allumages répétés. Elles sont plus adaptées à des pièces qui restent allumées longtemps. Elles ont une durée de vie assez importante (8000h). Elles consomment peu d’énergie. Néanmoins, elles n’atteignent pas l’efficacité des lampes LED.

  • Les lampes à LED

    Les lampes à LED peuvent être utilisées pour tous les usages résidentiels. Elles ne craignent ni le froid ni les allumages répétés, et s’allument instantanément. Pour une même intensité de lumière, les lampes LED sont les  ampoules les moins gourmandes en énergie. Elles ont aussi la plus grande durée de vie. Néanmoins, la technologie étant assez récente, il faut faire attention à acheter des lampes LED de qualité. Les lampes LED constituent la solution d’éclairage la plus rentable à condition qu’elles durent plus de 20 000h.


Comment faire le bon choix parmi ces différents types de lampes ?


Le choix d’une ampoule est complexe. Il ne se limite pas au simple critère de consommation et doit prendre en compte les besoins spécifiques, variables selon les usages. Par exemple, le choix sera nécessairement différent si l’ampoule est destinée au luminaire principal de la cuisine ou à une lampe de chevet dans la chambre.

  • Quelques questions à se poser pour guider l’achat d’une ampoule
    • L’ambiance souhaitée est-elle plutôt chaleureuse ou tonique ?
    • La pièce à équiper est-elle allumée et éteinte fréquemment ?
    • L’ampoule est-elle positionnée sur un luminaire muni d’un variateur d’intensité ?
    • S’agit-il d’un éclairage pour effectuer une tâche ou pour une lumière d’ambiance ?
    • L’usage de la lumière nécessite-t-il un allumage maximum instantanément ?


    La réponse à chacune de ces questions se traduit par un critère technique notifié sur les emballages des lampes. Encore faut-il le trouver et surtout savoir ce qu’il signifie. Par exemple, la recherche d’une ambiance se traduit par la température de couleur de la source donnée en Kelvin (K).

    Les allumages et extinctions à une fréquence élevée nécessitent un type d’ampoule prévue pour résister à cette contrainte. Le niveau d’éclairement désiré, faible ou important, dépend du flux lumineux délivré par l’ampoule donné en Lumen.

    Clairement, le choix d’une ampoule nécessite aujourd’hui quelques notions élémentaires en matière d’éclairage pour ne pas commettre d’impair.

    Au risque de dépenser 10 à 15 € pour un produit ne répondant pas ou mal aux besoins ! Mieux vaut bénéficier des conseils éclairés d’un conseiller des Espaces INFO ENERGIE pour faire le bon choix de lampes.

  • Raisonner en coût global pour l’achat d’une lampe d’éclairage économique

    Dans le résidentiel, la durée annuelle d’allumage d’une ampoule dans une pièce principale est généralement de 1 000 h. En comparant une ampoule halogène éco, une ampoule fluocompacte et une ampoule LED produisant le même flux lumineux, les coûts associés à la consommation électrique annuelle sont respectivement de 5,5 € pour l’halogène éco, 1,3 € pour la fluocompacte et 0,75 € pour l’ampoule LED.

    En à peine plus d’une année, le surcoût d’achat pour la lampe fluocompacte par rapport à l’halogène éco est amorti. Les lampes LED étant plus chères, l’amortissement par rapport a une halogène se fait en deux, voire trois ans. Néanmoins, sur leur durée de vie totale, les ampoules LED sont les plus rentables car elles ont une durée de vie dix fois supérieure aux halogènes et trois fois supérieures aux fluocompactes.

    Il est donc impératif de raisonner en coût global et pas seulement en coût d’achat pour faire le bon choix en matière d’éclairage artificiel.

  • Les conduits de lumière naturelle

    Les conduits de lumière naturelle sont des moyens d’éclairage sans énergie.

    Le principe est simple : on achemine la lumière provenant du toit jusqu’à la pièce à éclairer grâce a un tube réfléchissant. Elles sont plutôt réservées aux pièces ne disposant pas de fenêtre.

    Les puits de lumière produisent une lumière très agréable et gratuite. Néanmoins, ils ne fonctionnent que le jour. Dans un bâtiment existant, ce procédé est facile a mettre en œuvre lorsque la pièce à éclairer se situe sous le toit.

    Habituellement, l’efficacité de ces dispositifs correspond à une ampoule de 60W Halogène, 10W fluocompacte ou bien encore 5W LED.


Pour aller plus loin :